Nous soutenons les enfants mal nourris au cœur de l’Afrique

La malnutrition sévère, si répandue chez les enfants d’Afrique au sud du Sahara, non seulement compromet le développement physique et conduit fréquemment à la mort, mais empêche également un développement mental normal, ce qui entraîne des handicaps graves et permanents.

Notre intervention au Congo consiste à soutenir des activités d’assistance et de soins aux enfants malnutris à l’hôpital Notre-Dame des Pères de la Consolata à Neisu, situé dans la province orientale de la République démocratique du Congo sur le territoire de Rungu dans le district d’Alto Uélé.

L’hôpital, actif depuis 1985, dessert une zone de 70.000 habitants. Il est relié à de nombreux centres de santé périphériques qu’il gère directement. Avec ses 5 médecins et plus de 50 infirmières répartis dans différents services et salles, l’hôpital est un excellent exemple d’organisation et de charité au service de tous, en particulier des plus pauvres et des plus nécessiteux.

Le Centre pour le traitement de la malnutrition fonctionne sous la supervision de la pédiatrie. Le père Rinaldo Do, tout en étant responsable de la mission locale jusqu’en 2019, a été la personne de contact pour le projet, lancé à l’été 2016. Il raconte que les enfants souffrant de malnutrition grave ont été pris en charge tant à l’hôpital que dans les 13 centres de santé répartis sur le territoire construits ces dix dernières années. Les enfants de 0 à 6 mois, souvent orphelins de mère, reçoivent du lait en poudre à haute valeur nutritive comme complément alimentaire. Environ une cinquantaine d’enfants sont pris en charge chaque jour, un nombre destiné à augmenter lors des épidémies.

Depuis deux ans, la Fondation soutient le travail des Pères de la Consolata en faveur des enfants mal nourris avec 10.000 euros par an. Dans sa lettre du 20 mai 2018, le père Rinaldo nous tient informés de ce qu’il a pu faire grâce à notre soutien.

La somme récoltée à l’occasion de la première Camminata Camandonina, organisée par la Fondation Maria Bonino le 28 juillet 2018, a été destinée aux petits enfants mal nourris et malades du Père Rinaldo Do, qui a accompagné la Camminata Camandonina avec cette lettre.

Mai 2020. Mai 2020. A Kinshasa, la difficile crise sanitaire, aggravée par la résurgence du virus Ebola et l’arrivée du Coronavirus, a été racontée par le Père Rinaldo Do et documentée par des photojournalistes locaux grâce au projet Congo in Conversation:

https://congoinconversation.fondationcarmignac.com/

Le Prix Carmignac identifie une enquête annuelle sur les violations des droits de l’homme et les questions environnementales et il la soutient. Finbarr O’Reilly, lauréat de la onzième édition du prix du photojournalisme Carmignac consacré à la République démocratique du Congo, devait raconter l’histoire de la construction de centrales hydroélectriques dans le parc national des Virunga, centrales destinées à fournir électricité et eau aux habitants du Kivu. Désormais la fermeture des frontières et la déclaration de l’urgence nationale pour le Coronavirus ont fait basculer le projet sur les crises sanitaires qui traversent le pays.

Si vous voulez savoir ce qui s’est passé à l’hôpital Notre-Dame et au Congo

CLIQUEZ ICI